Egalité femmes-hommes : Et si (enfin) on y arrivait ?

Est-ce l’effet #metoo ? Un frémissement se fait sentir en matière d’égalité femmes-hommes. Un décret vient d’imposer aux entreprises un index qui mesurera l’égalité à l’aide de 5 paramètres et leur a donné jusqu’en mars 2022 pour procéder à un rattrapage dans les rémunérations versées, sous peine de s’exposer à des sanctions financières. Sur wemove.eu, une pétition demande aux ministres européens de soutenir la directive sur l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, qui instaurerait 10 jours de congé paternité payés et 4 mois de congé parental dignement rémunérés pour les deux parents… Précurseuse, la fonction publique a signé le 30 novembre dernier, avec les organisations syndicales et les employeurs publics un protocole d’accord relatif à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Et les collectivités territoriales se sont emparées du sujet et ont mis en place des outils pertinents pour conduire le changement, qu’il s’agisse de transformer la politique RH en interne ou d’innover dans le cadre des politiques publiques. Voyage en cinq étapes pour découvrir des mesures qui tendent à rééquilibrer les rapports entre les genres. En route vers l’égalité.

Est-ce l’effet #metoo ? Un frémissement se fait sentir en matière d’égalité femmes-hommes. Un décret vient d’imposer aux entreprises un index qui mesurera l’égalité à l’aide de 5 paramètres et leur a donné jusqu’en mars 2022 pour procéder à un rattrapage dans les rémunérations versées, sous peine de s’exposer à des sanctions financières. Sur wemove.eu, une pétition demande aux ministres européens de soutenir la directive sur l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, qui instaurerait 10 jours de congé paternité payés et 4 mois de congé parental dignement rémunérés pour les deux parents… Précurseuse, la fonction publique a signé le 30 novembre dernier, avec les organisations syndicales et les employeurs publics un protocole d’accord relatif à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Et les collectivités territoriales se sont emparées du sujet et ont mis en place des outils pertinents pour conduire le changement, qu’il s’agisse de transformer la politique RH en interne ou d’innover dans le cadre des politiques publiques. Voyage en cinq étapes pour découvrir des mesures qui tendent à rééquilibrer les rapports entre les genres. En route vers l’égalité.

Cergy (95)
Les pères pouponnent 10 jours de plus

De plus en plus de jeunes pères expriment leur envie de s’occuper de leurs enfants, et de partager leur éducation de façon égalitaire avec les femmes. À Cergy, où la recherche de la parité s’écrit aussi bien en interne que dans les politiques publiques, la question de la parentalité s’inscrit dans le combat pour l’égalité entre les femmes et les hommes. En ce début d’année, la Ville a choisi d’augmenter pour ses agents la durée du congé paternité de 10 jours, à prendre au cours du premier mois du bébé. « La parentalité est d’emblée perçue comme féminine, déplore Marie-Claude Sivagnanam, la DGS. La loi autorise un congé paternité de 14 jours, mais certains pères n’osent pas le prendre. Ou alors, ils ne le prennent pas dès la naissance. Or, c’est très important pour les pères d’être présents au tout début de la vie de leur enfant… » La municipalité, très attentive à la parité (la direction générale est paritaire) s’est penchée sur la question et a très vite trouvé un levier tout simple sur lequel la collectivité pouvait agir. « Les autorisations spéciales d’absence sont locales, chaque collectivité est libre de les utiliser comme elle le souhaite, explique Marie‑Claude Sivagnanam. Nous avons ajouté dans les autorisations spéciales d’absence existantes, 10 jours en congé paternité, à prendre obligatoirement lors du premier mois de l’enfant car c’est là que se nouent les premiers liens. » Avec cette mesure, la collectivité a voulu envoyer un signal fort : la vie personnelle n’est pas une contrainte pour l’employeur. Mise en place en février, la mesure a bénéficié, le premier mois, à 3 pères (sur une population de 1 000 agents permanents) revenus enchantés de cette période de découverte et de proximité avec leur enfant. « Tous les agents sont fiers que cela soit mis en place. C’est un beau signal sur les valeurs que nous souhaitons porter » s’enthousiasme Marie-Claude Sivagnanam.

« L’égalité entre les femmes et les hommes n’est pas uniquement l’affaire des femmes. Et elle ne se fera pas sans les hommes. En réfléchissant à la vie de nos agents hommes, nous avons pris conscience qu’il fallait changer l’image de la parentalité. Dans un service, quand une femme est enceinte, toute l’équipe est concernée, notamment en termes de solidarité, de partage du travail. Quand un homme attend un enfant, qu’il devient père, on le sait à peine. Il nous paraissait indispensable de favoriser le fait que certains hommes souhaitent avoir un rôle plus affirmé dans le couple parental. »

Marie-Claude Sivagnanam, DGS de la ville de Cergy

Collectivité territoriale de Martinique (972)
Place aux femmes entrepreneuses

Pour soutenir la réduction des inégalités femmes-hommes face à l’entreprenariat et encourager l’investissement dans le numérique, un secteur au fort potentiel de croissance et d’emplois, la collectivité territoriale de Martinique (CTM) et ses partenaires ont lancé le 8 mars dernier le prix Fanm djital. « Nous identifions des projets portés par les femmes dans le domaine du numérique pour les faire rentrer dans les différents dispositifs de financement proposé par la Collectivité territoriale de Martinique ou par ses partenaires », explique Miguel Mondésir, directeur des filières numériques et du très haut débit à la CTM. Trois types de projets sont récompensés : le Grand prix dédié aux projets de moins de 5 ans (2 500 €), le prix Coups de coeur pour les projets en phase d’amorçage (2 000 €) et le prix Pépite destiné aux projets portés par une ou plusieurs étudiantes (1 000 €). Ces trois prix permettent également d’accéder à des dispositifs d’accompagnement et à des espaces de coworking.

Dijon (21)
L’égalité labellisée

En janvier 2017, la municipalité annonce la volonté de la Ville, associée au CCAS (centre communal d’action sociale) et à Dijon Métropole, d’obtenir les labels Diversité et Égalité professionnelle femmes-hommes, délivrés par AFNOR Certification. Le 1er juin 2018, c’est chose faite : Dijon devient la première ville de France à obtenir cette double certification. « Nous y voyons la suite logique de toutes les actions entreprises depuis 2001 » se félicite Nathalie Koenders, 1ère adjointe déléguée RH à la mairie de Dijon. En interne, l’égalité de traitement passe notamment par la féminisation des fiches de postes, des jurys de recrutement mixtes, la création, en partenariat avec différentes associations, d’AMACOD, une cellule d’écoute municipale spécifiquement dédiée au personnel et aux candidats au recrutement. Du côté des politiques publiques, la parité dans les commissions de quartier, dans les conseils municipaux d’enfants, une clause d’insertion sociale via la commande publique ou encore un travail constant avec l’office municipal des sports autour de partenariats prenant en compte l’égalité femmes-hommes. Le parcours pour obtenir le label a été d’autant plus long que la ville a souhaité une démarche de labellisation participative, portée par tous les agents. 120 agents ont participé aux entretiens, pendant qu’un comité de pilotage géré par un pilote et 3 élues et élus référents accueillait des représentants de la DRH, de la direction de la communication, d’AMACOD ou encore du CHSCT. Lors du grand oral de la certification devant le jury de l’AFNOR, une délégation de 10 personnes est venue parler d’un projet porté par la Ville, le CCAS et Dijon Métropole et leurs 3 500 agents. L’obtention des labels s’est accompagnée de l’engagement à former tous les agents sur les deux thématiques et de la mise en place d’un réseau d’agents volontaires pour être relais dans tous les services.

« Le label légitime ce qui a été réalisé : c’est l’aboutissement d’une politique générale, qui nous engage aussi pour l’avenir. Nous devons continuer notre lutte car l’égalité est un combat quotidien. »

Nathalie Koenders, 1ère adjointe déléguée RH à la mairie de Dijon

Nouvelle-Aquitaine
La stratégie par la preuve

Après avoir signé, en mars 2017, la Charte européenne pour l’Égalité des femmes et des hommes dans la vie locale, la Région opte pour l’adoption d’un plan « Réaliser l’Égalité en Nouvelle-Aquitaine » qui liste 55 projets concernant la lutte contre la discrimination de genre. En interne, le plan vise l’exemplarité institutionnelle en développant une stratégie d’information et de sensibilisation des agents, via notamment la création d’un espace ressources sur l’intranet de la région. Des actions de sensibilisation sont également organisées : la diffusion d’un guide d’information à destination du personnel de la Région Nouvelle-Aquitaine, le recours au CV anonyme pour les recrutements externes ou encore la poursuite du dispositif de télétravail et l’élaborationd’un nouveau règlement du temps de travail, pour mieux concilier vie privée et vie professionnelle, un des leviers de l’égalité femmes-hommes.

Mulhouse
Un fil rouge pour l'égalité

Le premier rapport annuel réalisé en 2018 par la ville sur la situation d’égalité entre les femmes et les hommes a conduit la collectivité à un constat frappant : à Mulhouse, comme ailleurs, l’égalité a encore du chemin à parcourir. Il a aussi permis de préciser les orientations de la mandature, et a choisi de mettre en évidence les différents événements organisés par les partenaires de la municipalité et les associations qui travaillent en faveur de l’égalité. Fil rouge d’une dynamique égalitaire, le label « Mulhouse au féminin » liste et donne de la visibilité à différents événements : « Dépassons les stéréotypes de genre », une conférence sur la mixité professionnelle organisée en février dernier par Femmes du Haut-Rhin (Fehr), Femmes d’Alsace et le Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles du Bas-Rhin (CIDFF 67) ; la création, le 8 mars, « D’ailes à Elles », un réseau pour développer et soutenir l’entreprenariat au féminin ; un congrès médical qui aura lieu avant l’été sur la relation entre le sport et la santé chez les femmes… La Ville s’est engagée par ailleurs avec la signature de la Charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale, et réfléchit à la création d’un conseil de l’égalité. Une instance dynamique imaginée comme un agitateur de l’égalité femmes-hommes afin de co-construire avec les partenaires de la ville une réelle politique de l’égalité.

« Un calendrier interactif met en évidence les différentes orientations et perspectives voulues par la Ville. Animé par nos services et par les porteurs de projets, il donne aussi à voir la politique d’égalité instaurée par Mulhouse et par ses partenaires. »

Marie Corneille, Conseillère municipale déléguée à la promotion de toutes les formes d’égalité, et plus particulièrement du respect du droit des femmes